mercredi 16 août 2017


   Ruth Law est détective privée. Elle a exercé dans les rangs de la police et après "une affaire qui a mal tourné", elle travaille en solo. Depuis, elle a également compensé son âge (49 ans), par des "améliorations" physiques pour la plupart illégales. Elle fait également fonctionner à plein régime son "Régulateur", un engin implanté en haut de la colonne, qui évites les flux émotionnels désordonnés.
   Ruth s'avère excellente dans son métier, et c'est pour cela qu'un jour, la mère d'une jeune femme assassinée sauvagement vient lui confier l'enquête. La police, de son côté, piétine, voire se trouve au point mort. Alors qu'elle prend cette affaire en charge, la détective va se retrouver face à son passé...
   Ne passez surtout pas à côté de ce petit livre de SF publié par les éditions Le Bélial' dans la collection "Une Heure lumière" : le temps qu'il m'a fallu pour tourner compulsivement les 93 pages de ce court roman (plutôt une nouvelle d'ailleurs). L'auteur, Ken Liu, est né en Chine en 1976 et la communauté chinoise est très présente dans le récit. Aujourd'hui titulaire d'un doctorat en droit mais également programmeur, l'écrivain utilise ses connaissances en informatique pour nous proposer une vraie réflexion sur les usages des nouvelles technologies. La nouvelle se dévore, entre polar et SF, tout en posant de vraies questions. On ne peut s'empêcher de frémir en pensant à l'hypersurveillance qui peut naître de nos engins dits "connectés" pour ne pas utiliser les mots "contrôlés" ou "surveillés". Heureusement, je l'ai lu loin de tout réseau...
   On trouve, en France, du même auteur, La Ménagerie de papier, un recueil qui a été lauréat du Grand Prix de l'Imaginaire 2016. Cela sera sans doute ma prochaine lecture "SF".


dimanche 13 août 2017

Les Secrets de l'île de Viveca Sten

   Voilà un bon petit polar venu de l'Europe du Nord dont il ne faut pas se priver. Viveca Sten, romancière suédoise, en est à son quatrième roman et si l'on y retrouve tous les poncifs des romans policiers venus du froid (entre les îles isolées et les vieux grognons mal embouchés), on y plonge comme dans de vieux chaussons après une sortie par une nuit froide et sans lune.
   Tout commence par ce qui ressemble au suicide d'un adolescent. Marcus Nielsen, un étudiant de 22 ans, est retrouvé pendu dans sa résidence pour étudiants. Alors que la police s'apprête à classer l'affaire, l'inspecteur Thomas Andreasson, après avoir reçu la mère qui ne croit absolument pas au suicide, prend la peine de continuer les recherches. Elles ne vont pas tarder à le mener près de l'île de Sandhamn où se trouve la base militaire de Korsö.
   Et justement, en alternance avec le récit de l'enquête, le lecteur découvre par bribes le journal d'un jeune homme qui s'ouvre en octobre 1976. Celui-ci vient d'intégrer un groupe de huit garçons, crânes rasés et treillis kaki, et porte le matricule 103. Le groupe est mené par un sergent qui va vite s'avérer être un parfait salaud doublé d'un sadique...
   La lecture avance donc assez fébrilement, entre volonté de découvrir l'assassin du jeune Marcus, qui, dans le cadre de ses études de psychologie, travaillait sur les comportements des groupes, et envie de découvrir ce qui est arrivé à la fin des années 70 aux jeunes militaires. Un polar venu du froid qui ne restera peut-être pas dans les mémoires mais agréable à lire, et qui rempli tout à fait honorablement son office (lu en deux jours 1/2...).
https://bruitdespages.blogspot.fr/2017/07/challenge-litterature-nordique.html


jeudi 10 août 2017

L'Héritage de Karna de Herbjorg Wassmo - tome 3 et fin de la saga

Et bien ! voilà qui clôt en beauté la saga de la famille Gronelv. J'ai terminé le livre tardivement, ne pouvant le lâcher avant l'émouvant épilogue... Ce dernier volume résume en quelque sorte l'épopée de Dina car tout y est : la flamboyance, les sentiments exacerbés qui mènent au meilleur comme au pire, le rire et les larmes (beaucoup de larmes...), le goût du péché et celui du rachat, enfin, pour conclure, un véritable concentré romanesque. Autant dire que je n'ai pas boudé mon plaisir, d'autant plus que je venais de lire les deux premiers volumes de la trilogie intitulée L'Héritage de Karna, ce qui m'avait permis de reprendre contact avec les personnages de la saga.
Et hop ! une trilogie de l'été...
Le premier chapitre s'ouvre le 10 août 1884, jour du martyr de St Laurent, brûlé vif. Cette date n'a pas été choisie par hasard mais je n'en dirai pas plus... Encore une fois, l'entrée en matière se trouve liée à notre héroïne : un énorme piano à queue est livré sur le quai de Strandstedet pour être emmené au Grand Hôtel maintenant propriété de Dina. Car toute la famille a quitté Reisnes pour s'installer à la ville où Benjamin exerce comme médecin. Il a repris le cabinet de l'ancien docteur de la ville. Alors que Karna grandit, elle regrette aussi son ancien lieu de vie.
Alors que la Révolution industrielle est en marche, les liens familiaux vont être soumis à bien des tensions. Le passé ne manquera pas de ressurgir, y compris lorsqu'on s'y attend le moins. Je n'en dévoilerai pas plus car il ne s'agit pas de rompre le charme de la découverte de cette saga romanesque qui, à peine terminée, donne envie de s'y replonger !
https://bruitdespages.blogspot.fr/2017/07/challenge-litterature-nordique.html
Extrait
"Les premiers temps à Strandstedet elle avait été malade de nostalgie. Reisnes lui manquait tellement qu'elle en avait usé deux paires de chaussures le premier été en donnant des coups de pied de rage dans les cailloux. Finalement papa avait déclaré qu'elle n'avait qu'à aller nu-pieds.
Alors elle s'était déchaussée et elle s'était promenée pendant des heures sur les cailloux du rivage. A son retour, papa avait été obligé de la panser. Il la grondait et la pansait en même temps. En fait, il la pansait surtout.
- J'rentre à pied à Reinsnes ! avait-elle dit."