jeudi 6 juillet 2017

Contrepoint d’Anna Enquist

Livre: Contrepoint, Anna Enquist, Actes Sud, Babel, 9782330026943 ... 

 
   Attention, attention, voilà un magnifique roman qui oscille entre gravité et légèreté, comme un morceau de Bach. Et de Bach il est bien question dans cette histoire construite autour des Variations Goldeberg du musicien. Le livre s’ouvre sur les quatre premières mesures de l’aria qui sert d’introduction au premier chapitre. Il en sera de même à la fin : le livre se clôt sur l’Aria Da Capo de l’œuvre musicale. Les deux arias encadrent donc trente chapitres, comme les trente variations, et chaque chapitre s’ouvre sur les quatre premières mesures d’une variation. C’est un roman étonnamment musical, que j’ai lu sans écouter Bach, mais que je relirai un jour avec. Car c’est un roman d’une force extrême. La musique, si elle sert « d’accompagnement », est surtout la compagne d’une vie qui se « joue » devant nous, au fil de la lecture et des mesures.
   Une femme, tout en jouant du piano, écrit. Elle analyse les Variations Goldberg, les interprète, tente de comprendre l’écriture de Bach. En écho aux variations se tissent petit à petit en elle les souvenirs d’une vie, de la naissance des enfants à aujourd’hui. C’est tout le passé qui se déploie au son du piano. Dans chaque chapitre, un morceau de la vie familiale, heureuse, et des réflexions sur l’œuvre musicale.
   Entre les notes et entre les lettres, Anna Enquist nous propose une réflexion sur les pouvoirs de l’art. Comment il peut participer à la reconstruction de soi, comment il peut accompagner la pensée quand elle se délite dans la souffrance et la peine. Un très beau livre qui m’a bouleversée et que j’ai refermé doucement, comme on ferme doucement un coffret où sont enfermés de délicats objets. Un livre à relire en écoutant, ou, encore mieux, en jouant les Variations Goldberg

 L'Aria da capo
 
Extrait (incipit)
« La femme au crayon, penchée sur la table, lisait une partition de poche des Variations Goldberg. Le crayon était en bois noir de qualité. Il était coiffé d’un embout argenté, où se dissimulait un taille-crayon. Le crayon était suspendu au-dessus d’un cahier vide. A côté de la partition étaient posés des cigarettes et un briquet. Un petit cendrier en métal, cadeau compact et brillant d’un ami, trônait sur la table.
La femme s’appelait tout simplement ‘femme’, peut-être ‘mère’. Il y avait beaucoup de problèmes d’appellation. Il y avait beaucoup de problèmes. (…) »

Les billets de Keisha, Biblioblog, Le Nez dans les livres, et Cathulu.

16 commentaires:

  1. j'ai une amie qui est fan absolue d'Anna Enquist et me l'a fait découvrir... j'accroche un peu moins qu'elle, c'est une lecture qui me rend triste ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Adrienne : ce roman est triste, c'est vrai. Il m'a pourtant donné envie de lire les autres de l'auteure. Tu sais, c'est le genre de rencontre de lecture qui fait qu'on ne lâche plus une romancière après être entré dans son univers, malgré la mélancolie. Bonne journée à toi Adrienne :-)

      Supprimer
  2. Triste, oui, mélancolique, mais beau et lumineux. Belle découverte d'un auteur, aussi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Keisha : une très belle découverte en effet, et une écrivaine que je vais continuer à lire, c'est sûr !

      Supprimer
  3. Je l'ai vu sur plusieurs blogs, tous élogieux. J'ai lu un roman de l'auteure, je ne sais plus lequel, il faudrait que je continue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Aifelle : il faut dire que c'est du beau travail. Le genre de roman auquel on repense, qu'on a envie de relire à peine terminé... Et je me dis aussi que j'aimerais continuer à découvrir cette écrivaine. Bonnes vacances Aifelle ;-)

      Supprimer
  4. Je l'ai aussi vu sur d'autre blogs, mais je crois que ce n'est pas pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Emma : oui, il semble apprécié sur la blogo...

      Supprimer
  5. Voilà un roman que je n'ai pas lu et qui me tente car j'aime beaucoup cette auteure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Dominique : si en plus tu aimes cette écrivaine, n'hésite pas ! Il végétait au fond de ma PAL, bien m'en a pris de le lire enfin...

      Supprimer
  6. Mon commentaire serait-il dans tes spams ? C'est une romancière très intéressante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tania : j'ai vérifié mes spams, rien dedans, peut-être une fausse manip dans l'envoi, ou l'un des mystères de l'informatique, et ils sont nombreux... Merci pour ta visite et bonne journée à toi !

      Supprimer
  7. Tu proposes même une BO pour cette lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alex : ben oui, à défaut d'avoir écouter Bach pendant la lecture, je l'ai écouté après ;-)

      Supprimer
  8. La vidéo et sa musique donnent envie d'aller vers le livre de Anna Enquist.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Christw : oui, d'autant plus que c'est vraiment un excellent roman !

      Supprimer